El Galope

Aaah… El Galope.

A peine une heure de Colonia del Sacramento. En bus. Bus avec le wi-fi! C’est assez rare pour être souligné. El Galope n’est pas le nom d’une ville. Ni même celui d’une région. El Galope est une estancia. Un ranch, en d’autre termes. Une ferme, quoi!

L’estancia de Monica et Miguel, nos hôtes. Située à quelques encablures de la petite ville de Colonia Suiza (Nueva Helvecia). Et à quelques kilomètres de Colonia Valdense et de Colonia Piamontesa. Vous l’aurez compris, nous sommes au coeur d’anciennes colonies européennes. Des villages fondées par des femmes et des hommes venus tenter leur chance de l’autre côté de l’Atlantique au cours du 19° siècle. On trouvait, à l’époque, des suisses, mais, également, un certain nombre d’allemands, d’autrichiens, de français et d’italiens.

A peu de choses près, on se sent dans nos campagnes de la vieille Europe. De grandes prairies verdoyantes. Des fermes éparpillées. Un ciel menaçant. Quelques gouttes de pluie. Du fromage à foison. En ville, les blasons des cantons suisses ornent les rues et les façades.

Mais non! Nous sommes bien en Uruguay. Ici aussi (et pas qu’en Argentine), c’était c’est le pays des gauchos. Cette espèce de cow-boy sud-américain né pendant la colonisation. Des hommes épris de liberté, dormant à la belle étoile, se nourrissant de viande grillée et de maté, menant une vie rustique et austère. Amoureux de grands espaces, qu’ils parcouraient à cheval, à la recherche de bétail sauvage. Les gauchos d’autrefois (le gaucho s’est, depuis lors, sédentarisé, fonde une famille, se plie aux règles et est totalement intégré au système) sont encore, aujourd’hui, idéalisés comme des solitaires, véhiculant des valeurs telles que l’honneur, le courage et la liberté, avec une culture vestimentaire et culinaire propre. Remarquons, toutefois, qu’ils n’étaient pas neutres dans la chasse aux indigènes qui résistaient à la colonisation.

Revenons à El Galope. Une petite trouvaille angéliquienne. C’est Monica qui vient nous récupérer sur le bord de la route. Au volant de sa Peugeot 205 de collection. Elle nous conduit dans son petit joyau: El Galope.

Quelques hectares de terrain. Des arbres fruitiers. Une maison en L, décorée avec goût. En mode rustique. Chaleureuse au possible. Feu de bois. Fauteuils douillets. Notre chambre, coquette. Au mur, les tableaux de Monica, l’artiste. Mais la famille n’est pas au complet. Dehors, Chamanga, Irupe et Juca, les chevaux. Trois magnifiques crioulos. Deux chats paresseux. Puis, Tupac, un splendide et athlétique chien. Et enfin, Miguel. L’homme de la maison. Dans une main, un verre de son alcool maison, à base d’orange, dans l’autre, un bouquin de José Saramago, et toujours  le sourire aux lèvres.

Monica et Miguel ont pris leurs quartiers dans ce havre de paix après de nombreuses années de pérégrinations. Dont quelques années à Paris et en Allemagne. Leurs enfants étudient à Montevideo, pendant qu’eux accueillent des touristes venus chercher le calme. C’est notre cas. Et pour ne rien gâcher à ce contexte favorable, nous sommes les seuls invités de la maison.

Leur accueil est tellement sympa qu’on se sent très vite comme à la maison. Après avoir gouté l’alcool maison, nous nous relaxons paisiblement au coin du feu. Quel plaisir!

Quelques heures plus tard, c’est le moment de notre escapade à cheval. Les gens viennent de très loin pour monter ici. Nous n’allons pas nous défiler. Nous enfilons notre tenue. Une bombacha (pantalon typiquement gaucho) et des bottes transforment Nels en véritable gaucho. Et une fois n’est pas coutume, l’habit aura fait un peu le moine, puisque, une fois sur le dos de Iruja, Nels semble aussi à l’aise que sur un terrain de foot ou sur le dancefloor.

Pour Angie, les débuts sont un peu plus délicats. Elle doit monter Chamanga, la gourmande. Elles passent quelques minutes à s’apprivoiser. Angie à coup de petits cris effrayés. Chamanga en se cabrant quelques fois. Après quelques minutes, nous galopons à travers les campagnes de Nueva Helvecia. Accompagnés de Miguel, sur Juca, nous tenons fièrement nos montures à une seule main, comme le veut la tradition sud-américaine. Une promenade géniale, qui nous a vraiment donné envie de pousser l’expérience plus loin.

Après avoir soigné nos destriers, c’est l’heure d’un bon sauna. Ca fait si longtemps! L’occasion de mieux découvrir le parcours de nos hôtes et d’écouter leurs aventures: du Mali de Youkousa à l’Allemagne.

Le sauna, ça creuse. Alors Monica nous prépare de délicieuses pizzas maison. Que nous avalons en famille. Au fil de leurs histoires, nous dégustons un super bon tannat local et une nouvelle tournée d’alcool maison. Pour clôre ce repas, le dessert local: le dulce de leche. Une espèce de confiture de lait. Exquise. En fin de soirée, Miguel parvient, sans difficultés, à nous communiquer son virus de José Saramago.

C’est ainsi que le lendemain, nous décidons de consacrer une bonne partie de notre journée à la lecture. Confortablement installés dans un fauteuil moelleux! Mais, avant ça, une petite virée à vélo dans le village de Colonia Suiza. La pluie se décide à nous rappeler que l’Europe n’est pas si loin. Nous rentrons vite, et sans regrets, nous mettre au chaud. Une journée cocooning de rêve. Dans une ambiance des plus sereines. Agrémentée par un succulent poisson au curry, à midi, et une… fondue au fromage, le soir. On vous l’a dit: la Suisse est toute proche.

C’est avec amertume que nous allons nous coucher. En effet, notre aventure El Galope touche presque à sa fin.

Mais, comme nous sommes des privilégiés, une propisition de dernière minute vient bouleverser nos plans. Alors que nous comptions quitter l’Uruguay pour rejoindre Iguazu, nous sommes contaminés par la fièvre cabopolonienne de Monica et Miguel. Par le plus grand des hasard, dès le lendemain, ils s’arrachent (mot cher à l’anarchiste français de Cabo Polonio) pour une semaine de vacances à Cabo Polonio. Nous n’hésitons pas une seconde et acceptons leurs proposition de les accompagner.

Vamos para el Cabo Polonio!

Les quelques photos (dont la plupart avec notre petit compact Canon Ixus) sont plus bas.

Nels

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités

Un commentaire sur “El Galope

  1. L'hippothérapie…un remède efficace pour le bien-être… Les gauchistes sont transformés en « gaucho »…hihihi
    Superbe la photo d'Angie en lectrice, le tableau de fond est très libérateur.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.