Hong Kong la cosmopolite

Un. Hong Kong, ce n’est pas la Chine. Deux. C’est une pincée de New-York avec une cuillère à soupe de Tokyo. Trois. Ce n’est plus la Grande-Bretagne. Quatre. Hong Kong, c’est quand même un peu la Chine.

La région de Hong Kong possède une histoire singulière. Devenue britannique suite à la première guerre de l’opium au milieu du 19° siècle. Puis, rétrocédée à la Chine en 1997, Hong-Kong jouit actuellement d’un statut particulier et d’une haute autonomie au sein de la république populaire chinoise. Ce statut, négocié entre la Chine et la Grande-Bretagne dans les années 90, est garanti jusqu’en 2047, en théorie. On peut donc parler du principe « un pays, deux systèmes ».

Hong Kong, c’est également un centre financier de premier plan, et ce, depuis les années 80. Bénéficiant de l’ouverture chinoise de ces années-là pour délocaliser et profiter d’une main d’œuvre pas chère, les entreprises hongkongaises ont connu un essor incroyable. Prenant sa source sur son industrie textile fleurissante (depuis les années 50) et misant sur le développement en masse de son industrie de services, sur un centre logistique et de transit impressionnant, avec l’un des plus grands ports mondiaux, et depuis les nineties, sur les nouvelles technologies et le tourisme. Avec une économie inexorablement tournée vers l’extérieur, Hong-Kong attire toujours autant les investisseurs et ça se voit. Il suffit d’observer la taille et l’activité de son port.

Il est également assez étonnant de constater le nombre impressionnant d’expats présents ici. Ce qui est interpelant, c’est qu’on les distingue vraiment: en journée, dans le quartier des affaires, le soir dans les bars et les restos de Soho. On avait l’impression d’être un mercredi, place du Luxembourg à Bruxelles, mais en plus grand et plus classe!

Hong Kong est vraiment une ville cosmopolite. Ce qui la différencie un peu, selon nous, de Tokyo où la culture nippone occupe tout le terrain. Ce ne sont pas les seules différences constatées entre ces deux grandes villes. Tokyo nous a semblé plus agréable, moins oppressante. Plus safe aussi. Même si Hong Kong n’en est pas loin et que nous n’avons eu qu’un aperçu de ces mégapoles. Force est de constater qu’il y a bien plus de similitudes entre ces deux villes que de différences. Notre préférence allant toutefois à Tokyo. Sans aucun doute.

Comme dans toutes les grandes métropoles modernes, les immenses gratte-ciels envahissent le paysage. Mais Hong Kong possède un atout de charme: sa situation géographique exceptionnelle. En effet, la ville se situe au bord de la mer, à cheval sur une péninsule et des îles, le tout avec des collines verdoyantes. La ville se compose de 4 grandes zones: Kowloon (la péninsule), Hong Kong Island (l’ile centrale et principale), les Nouveaux territoires (au nord de Kowloon et jusqu’à la “frontière” chinoise) et les îles environnantes (les 234 autres îles! Dont la plus grande: Lantau).

Nous logeons en plein centre de Kowloon, dans la très empruntée Nathan Road, là où pullulent magasins, buildings et logements à bas prix. Notamment, dans les “Chungking Mansion”. Des buildings à l’aspect vieillot et dont l’intérieur semble laissé à l’abandon. A chaque étage, des guesthouses nichées dans de minuscules appartements sont nées. Ainsi que des ateliers, des logements pour réfugiés, des cuisines, des planques pour contrebandiers, etc. Nous avions choisi le building réputé le plus soft (grâce à sa cour intérieure amenant de la lumière sur les couloirs): Mirador Mansion. A la Cosmic Guesthouse. Chambre de 3m² avec juste un lit et une toilette, et donc avec une douche sur la toilette. Mais au-delà de ça, c’était très propre et avec tout le confort nécessaire (Internet, essuies, TV).

Durant ces 4 jours dans cette gigantesque ville, nous nous sommes principalement relaxés. On en a profité pour oublier le réveil et les plannings. Capitale du shopping, on ne s’est pas gênés pour arpenter les nombreux centres commerciaux du coin, une vrai mine d’or pour les accros de la dépense! Gadgets, matos informatique, photo, vêtements et autres. On trouve tout! Enfin, presque… Angie était déterminée à s’offrir un iPhone 4, moins cher ici que chez nous. Pas de bol: OUT OF STOCK dans toute la ville. Ce sera pour une autre fois… Ou pas! Bref, on s’est faits un ou deux petits plaisirs, mais sans excès! Excès est d’ailleurs le mot qui décrit le mieux la taille et l’apparence des boutiques de luxe de la ville. Autant chez nous, les H&M et autres boutiques de pauvre courent les rues, autant à Hong-Kong, c’est les Gucci & co qu’on trouve à tous les coins de rue. Tout comme les autres grands classiques de la culture “mondialisante”: Starbucks, McDo’ et compagnie.

En parlant de bouffe,  on a découvert une chaine canadienne délicieuse: New York Fries. Des frites extraordinaires, décorées d’une sauce aux choix, bien consistante puisque réalisée à base de viande et/ou de légumes. Excellent!

Hong Kong ne se résume pas à son opulence de magasins. C’est aussi la magnificence de la ville moderne, alliée à la splendeur de la nature. Comment une telle ville a pu pousser sur ces îles et ces collines? Le résultat est impressionnant. Plus encore, lorsqu’on se rend au (très touristique) Victoria Peak par le petit tramway rappelant l’âge d’or britannique. Du haut de la terrasse, on surplombe la ville! De jour comme de nuit, c’est splendide! L’apparition des nuages (de pollution) rend l’endroit encore plus mystique. On a la sensation de se retrouver à Gotham City et de voir surgir Batman d’un des toits des nombreux gratte-ciels. C’est un immanquable pour saisir la beauté de cette ville.

Quoi d’autre? On a pris le ferry: le Star Ferry, s’il-vous-plait! Encore un héritage britannique. Tout est superbement organisé dans la ville. Prendre le ferry, c’est aussi simple et efficace que prendre le métro. Les bus à double étage s’agitent aussi dans tous les sens. Sans parler des innombrables taxis rouges.
On s’est promenés la tête en l’air, on a emprunté les nombreuses passerelles surélevées mises en place pour faciliter la vie des piétons. Le summum étant le plus grand tapis roulant du monde qui relie le quartier des affaires aux quartiers résidentiels plus chics, au pied de la colline. Le matin, vers le boulot. Le reste du temps, il ramène ses usagers vers leur petites demeures! Extra!

C’est sur ces quelques jours de flânerie (et de retour à la civilisation « moderne ») que s’achève Hong Kong, mais surtout l’Asie! On clôt une grande et BELLE parenthèse de notre voyage…

A nous l’Océanie!

Des photos? Dans la suite…

Nels

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités

2 réflexions sur “Hong Kong la cosmopolite

  1. Salut les globes trotteurs..ha, Hong KONG !!.. perso, j'avais adoré.. mais je ne connais pas Tokio pour faire la comparaison…. j'attends avec impatience vos commentaires sur l'oceanie.. allez vous en Nlle Caledonie ??.. si OUI: dites le moi, je vous mets en contact avec des amis, anciens du Gabon qui sont sur Noumea..
    bisous du Gabon
    Kathy-Dino

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s