Taj Mahal

Nouveau train. Nouvelle expérience. Vu qu’on rejoint Agra très tôt le matin, on prend des tickets second sitting. L’équivalent de la second sleeper, mais avec des sièges. Très peu de règles dans ce compartiment. C’est un peu du chacun pour soi. Après une vive bousculade, avoir réveillé la femme qui dormait sur nos sièges, fait fuir (on ne les avait pas vus!) les deux gamins clandestins qui dormaient sur le porte-bagage, on se pose bien tranquillement pour 5h de trajet. Le train est bondé. Pas le temps de s’ennuyer. D’abord, une femme qui se met à hurler et arrête le train car elle croit avoir perdu son fils. Fausse alerte. Ensuite, on assiste à spectacle assez comique. 50% des passagers n’ont pas de ticket. Mais cela ne les empêche pas de prendre la place de ceux qui en ont. Comment ça s’arrange? Tout le monde se serre! Quant à nous, on fait le parcours avec, entre autres, un jeune indien très sympa et un vieux japonais. Aaah les japonais! On n’en voit beaucoup et on a parfois mal au cœur pour eux. Le contraste est tellement énorme entre ces deux peuples, qu’on se demande vraiment comment ils le vivent. La question reste en suspens…

Arrivés à Agra, on s’installe à la Tourist Resthouse (qu’on ne recommande que très moyennement, voire pas du tout). On vide un peu nos sacs (mais pas trop). On s’attable. On commande un thali (pas délicieux). On check nos mails. On trie un peu nos photos. On couche quelques lignes sur l’écran. On est crevés, donc on va dormir. Bref, le parcours classique! Enfin, pas vraiment. Car le lendemain, on se lève à l’aube pour aller visiter le Taj Mahal. Merveille parmi les merveilles.

Au réveil, c’est un peu le coup de bambou: il pleut! Le Taj Mahal sous la pluie, mouais! Mais vu notre planning (trop) chargé en Inde, on n’a pas le choix: il faut y aller.
Rickshaw. File d’attente. Pas si longue que prévu (30 minutes). Tickets. Chers comme prévu (750 roupies). On y est. Derrière une dernière enceinte, se dévoile le majestueux Taj Mahal. Malgré la pluie, le monde, le caractère trop touristique: c’est époustouflant! Léger, aérien, éclatant, il semble flotter comme un nuage divinement sculpté. On le contemple. On le connait déjà tous. Mais là, il est devant nos yeux. Il parvient encore à nous écarquiller les yeux. Comme un artiste dont on connait l’œuvre sur le bout des doigts et qu’on voit pour la première fois sur scène. L’appareil photo n’a pas une seconde de répit. De loin, de plus près, d’encore plus près. Nous faisons abstraction de la foule et nous nous laissons emporter par le nuage. Comme on est chanceux, le soleil fait son apparition. On l’aura eu sous toutes ses coutures. L’intérieur est moins excitant. Donc, on ressort, on s’éloigne et on le regarde encore. Et encore.

Fait entièrement de marbre, il est un hymne à l’amour que portait l’empereur Shah Jahan à sa défunte épouse, partie trop tôt. La légende raconte que Shah Jahan, anéanti par la perte de sa femme, voulait le plus beau et le plus somptueux mausolée jamais édifié. Pour atteindre un tel niveau de perfection, il décida de faire venir de Perse un architecte renommé. Afin de s’assurer de la fidélité du travail de ce dernier, l’empereur fit en sorte qu’il puisse comprendre sa souffrance en…tuant sa fiancée. Leur souffrance donna naissance à ce bijou architectural. Le bâtiment principal est orné de versets du Coran sur ses parois, rappelant l’origine moghole de la dynastie. De plus, l’édifice est parfaitement symétrique, ce qui donne une sensation de perfection totale. En réalité, la symétrie n’est pas parfaite à l’intérieur car le fils de l’empereur, Aurangzeb, peu enclin à terminer le mausolée que son père avait prévu pour sa propre dépouille (en face du Taj Mahal), plaça la tombe de son géniteur à côté de celui de son épouse, à l’intérieur du Taj Mahal. Or, ce dernier n’était prévu que pour un seul tombeau.

Après avoir quitté cet endroit merveilleux, on se dirige vers le fort rouge d’Agra. Édifié au milieu du 16° siècle, il était le palais des empereurs moghols et abrite une série de palais de marbres, de mosquées et de jardins magnifiques. C’est également de ce lieu, qu’enfermé par son fils dans une chambre, l’empereur termina ses jours en contemplant – de loin – le Taj Mahal, tombeau de son épouse. La visite du fort n’est pas extraordinaire (même si le fort est mieux préservé et plus intéressant que celui de Delhi).

Trois faits marquants.
Un. Nels, qui mangeait tranquillement une banane, s’est fait agressé par un singe qui lui a véritablement grimpé dessus. Plus de peur que de mal. Après des vérifications minutieuses, Angie n’a pu constater aucune plaie ouverte. Et la banane a été sauvée. Le singe l’a échappé belle.

Deux. Un faux policier qui a essayé de nous arnaquer en réclamant quelques malheureux roupies en guise d’amende pour: sexe sur la voie publique pour…s’être promenés bras dessus, bras dessous. Pas amusé du tout par ce clown déguisé qui tentait de nous intimider, Nels a mis en marche son racaillomètre: il tendit ses mains, exigeant véhément qu’on l’embarque au poste pour son crime. « Mets-moi en prison, j’te dis! » Abasourdi et déglutinant difficilement, le soi-disant flic nous aurait bien donné quelques roupies pour qu’on déguerpisse sans faire d’esclandre.

Trois. Après toutes ces émotions, une délicieuse sieste dans l’enceinte du fort, au soleil.

Requinqués par cette dernière, on se paye un resto un peu plus cher qu’à l’accoutumée, proposant de la viande. On ne se prive pas pour commander du mouton masala, du poulet tandoori, des naans en quantité, un curd (yaourt), un pulao (riz aromatisé), des chapatis. Il ne manquait que le verre de rouge.

Dans notre course-contre-la-montre indienne, Agra laisse sa place à Khajuraho. En train, comme d’hab.

Le Taj Mahal, en photos? Plus bas.

Nels

EDIT: Au moment où on écrivait ces lignes, on n’avait pas encore pris connaissance du drame qui touche le Japon. Ça fait froid dans le dos…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités

4 réflexions sur “Taj Mahal

  1. Ah j avais « peur » que ce grand mythe ne soit pas à la hauteur… mais ce n est visiblement pas le cas! Bon, encore un site à aller voir… :o) bisous

    J'aime

  2. On est des grands romantiques…tse moi aussi un peu comme le Shah Jahan je deroule la carpette rouge quand je sors une femme…grand coca, mc nuggets en plus, mc flurry… Bref un Los romanticos comme on en fait plus!!!

    PS: tsunami ca fait froid dans le dos…et ca mouille aussi…heeeein!

    PS2: toutes nos pensees avec nos amis Les Japonais…faites gaffe en Nvelle Zeeman aussi, leur tremblement de terre s'etait y'a pas tres longtemps.

    J'aime

  3. Pas besoin d'aller en Inde pour manger des chapatis, j'en ai dégusté un ce midi à City2 avec Grégoire, Hervé et Christophe ! ;-)))

    Cool tes chaussons rouges pour la visite du Taj Mahal, je veux les mêmes !!!

    T'as pas porté plainte au faux policier pour l'agression du vrai singe ?

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s