Jaipur & Amber Fort

Partis de la ville bleue en train, second classe sleeper comme d’habitude (c’est la classe couchette populaire, pas chère, juste en dessous des catégories plus “luxueuses” et prisées par les touristes: 3AC, 2AC et First), on pénètre dans la ville de Jaipur en pleine nuit. Le comité d’accueil est présent: rabatteurs et rickshaws se pressent au portillon pour nous arnaquer accueillir. C’est la danse habituelle: “We don’t need any tuk-tuk (totalement faux et irréaliste car il est 5h du matin)…you good rickshaw? OK! How much to go there? Hein? Too much!!! How much discount… No? Last price? Fifty? OK, fifty!” Bref, cette fois-ci, il était correct et il nous dépose au bon hôtel: Atithi Guesthouse. Evidemment à cette heure matinale, on nous propose d’attendre que la chambre se libère…vers 12h! Angie a alors une idée lumineuse: attaquer illico la découverte de la ville et rentrer ensuite pour se reposer!

Aussitôt dit, aussitôt fait. Dans la pénombre, entre chiens errants, mendiants, conducteurs de rickshaw endormis à même le sol enroulés dans des couvertures et étudiants, on se fraye une place dans le bus n°5 (bus qu’on a attendu plus d’une heure, sans savoir s’il existait vraiment), direction Amber Fort, quelques kilomètres hors de la ville.

Il est 7h30. On est aux portes d’Amber Fort. C’est magnifique. La lumière de l’aube mêlée à la beauté des lieux nous offrent un spectacle grandiose. On se faufile à l’intérieur du fort par des chemins de traverse alors que des dizaines (et quelques heures plus tard, des centaines) de touristes font la queue pour entrer dans le fort à dos d’éléphant. Pendant que Nels achète les tickets, Angie se fait une fois de plus accoster par une famille de touristes indiens, pour quelques poses. Un moment très fort car un des petits vieux est sous le charme et finit par nous charmer aussi. Par sa joie, son sourire, sa simplicité. Il nous explique qu’il est prof dans le sud de l’Inde et qu’il serait super heureux d’avoir les photos qu’il vient de faire avec nous. En fait, dit-il, il est déjà heureux de les faire. Mais s’il les reçoit par la poste, son bonheur sera encore plus grand. Son enthousiasme est déroutant et nous touche profondément. Il est mignon comme tout. Après son départ (on était là pour visiter, nous comme lui), on restera plusieurs minutes scotchés sur place à se remettre de cette rencontre lumineuse. Ca semblait irréel.

Remis de nos émotions, on part à l’assaut du fort. Englués et parfois bousculés par les groupes d’allemands, de japonais ou d’indiens, on s’immisce tant bien que mal dans le dédale de chambres ainsi que sur les remparts. Le fort a été édifié à la fin du 16° siècle, puis complété en 1727 et fut la capitale-forteresse de l’empire Rajpoute, avant que Jaipur ne lui vole la vedette. La visite, sous le soleil, est agréable.

Toujours pas fatigués, malgré la courte nuit dans le train, on décide de faire confiance au Routard en prenant une porte dérobée à l’arrière du fort pour rejoindre un temple dédié à Vishnou. Bien nous en a pris. L’entrée du temple est splendide, le temple est pas mal non plus. Dès notre arrivée, nous sommes “pris en charge” par le brahmane (caste indienne la plus élevée – équivalente au clergé) dont la famille occupe les lieux depuis plusieurs générations. Tout s’annonce bien. Il parle français, il est sympa et nous apprend énormément de choses sur l’hindouisme (en particulier sur Vishnou et ses incarnations) ainsi que sur son mode de vie, mais nous restons méfiants. L’expérience indienne. Après plus d’une heure de visite, hyper intéressante, c’est la douche froide. Il nous demande d’aller visiter une “usine” de vêtements pour y faire un peu de shopping. Sa proposition n’a aucun sens. Elle gâche ce qui a précédé. Face à notre refus, pourtant poli, et malgré notre donation au temple, il devient très désagréable et finit par nous ignorer complètement. Bref, notre méfiance était fondée. Grosse déception.

 

 

Refroidis, on rentre à Jaipur pour voir le Palais des Vents. Il s’avère qu’il n’y a pas grand chose à visiter, vu qu’il s’agit d’une « simple » façade. On rentre à l’hôtel éreintés. On a bien mérité notre aprèm’ de repos et une bonne – mais courte – nuit de sommeil. En effet, le lendemain nous nous envolons prenons le train pour Agra

Les photos, en-dessous.

Nels

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités

Un commentaire sur “Jaipur & Amber Fort

  1. Je me disais bien que les cliches d'Amber Fort avait qque chose de different…c'est la difference de lumiere, des photos prisent a l'aube! Magnificos !!!
    Essayer de visiter tous les lieux a 6h du mat' ; )
    Nam

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.