Bilan de la Thaïlande

Ce bilan n’est pas une étude sociologique. Juste quelques impressions (après un mois de voyage), forcément subjectives, probablement généralisatrices, certainement caricaturales et à coup sûr réductrices. 

Quelques stats:

  • 13 étapes, en passant 2 fois par Bangkok (plus une 3° visite éclair) et 2 fois à Ao Nang, en commençant par le nord pour finir à Bangkok, en passant par les iles du sud: Chiang Mai, Soppong, Sukhothai, Bangkok, Koh Tao, Koh Phangan, Ao Nang, Railay Est, Koh Phi Phi, Koh Lanta et Koh Hai
  • arrivée en bus par la frontière cambodgienne à Poipet, départ en avion pour l’Inde, via Bangkok
  • 39 nuits/39 jours. 1 jour et 1 nuit de plus que prévu à cause de notre problème de visa indien
  • 5 bus longue distance dont 3 de nuit pour un total de 45h de trajet. De nombreux bateaux (ferries, longtails, speed boats…) dont 9 traversées significatives, totalisant près de 17h. 1 trajet en train de nuit de 15h et comme d’habitude, une panoplie de transports locaux: bus, tuk-tuk, kayak, sky train, van…
  • un trip à moto de 3 jours et 2 nuits, faisant une boucle Chiang Mai, Mae Hong Son, Chiang Mai
  • un budget de 24,86€ par jour et par personne, dont 14% consacrés au transport (hors trip en moto et certains petits déplacements) et 31% au logement. Au final, la Thaïlande s’avère plus chère que ce que nous avions imaginé
  • 6,70€ pour la chambre la moins chère, à la TR Guesthouse à Sukhothai, et 35,83€ pour la plus chère, à Koh Hai, au Fantasy Resort (petit extra de fin de séjour).

Quelques banalités:

  • notre destination coup de cœur: Koh Phi Phi, plus précisément, Rantee Beach – un petit paradis
  • notre logement préféré: le Rantee Hut à Rantee Beach. Petite note très positive également pour le Fortville Guesthouse à Bangkok
  • notre resto préféré: le ? à Mae Hong Son. Un petit resto local, sans nom, sans carte en anglais, mais où on a mangé le meilleur pad thaï de nos vies, pour 30 baths
  • notre plat préféré: le pad thaï. Plat très classique et basique, mais qui était notre étalon de comparaison des restos, au niveau qualité et prix
  • notre dessert préféré: les banana pancake (rotee) en général, avec un préférence pour les pancake du Rantee Hut
  • comme Ho Chi Minh au Vietnam, ou Mao en Chine, le Roi de Thaïlande est omniprésent dans tout le pays et sous toutes les formes. Figure intouchable, considéré comme une divinité, il est représenté à plusieurs périodes de sa vie et selon divers évènements marquants. C’est un peu notre Martine. Le Roi à la pêche, le Roi fait de la photo, le Roi va à la mer, le Roi fête ses 18 ans, le Roi se marie…
  • premier constat frappant en arrivant en Thaïlande: ce pays n’a rien de comparable au Laos, au Cambodge et même au Vietnam. Plus moderne, développé, organisé, une capitale comparable à nos villes, des routes propres et neuves. Bref, ça sent bon (ou mauvais, c’est selon) le capitalisme et l’argent, comparativement à ses voisins
  • la nourriture est bien épicée et on aime ça!
  • le tourisme est O.M.N.I.P.R.E.S.E.N.T. On a même envie de dire: “ça sent pas bon le tourisme”. C’est trop. Pour voir la culture thaï, ce n’est pas des sentiers battus qu’il faut sortir, mais des autoroutes battues! On croise plus de touristes que de thaïs, et ceux qu’on croise quand même sont souvent blasés. Sans parler des problèmes liés au tourisme de masse: pollution, dégradation des sites naturels, disparition du caractère authentique et de la vie locale…
  • c’est le premier pays dans lequel nous avons ressenti une certaine frustration au niveau budget. Tentation consumériste oblige. De plus, le cout de la vie est parfois étonnement élevé (dans certains coins du sud, évidemment)
  • la prostitution est un des aspects les plus évoqués au sujet de ce pays, mais on doit avouer qu’on a pas été aussi choqués qu’on pensait l’être. On a peut-être pas fréquenté les “bons” quartiers, mais, même du côté de Khao San Road, c’était pas si évident que ça… Par contre, on à la chance de croiser beaucoup de ladyboys!
  • la Thaïlande a un grand atout: la beauté de ses paysages. Rien à dire là-dessus. Que ce soit les montagnes au nord ou les plages au sud, c’est sublime
  • comme évoqué plus haut, on a l’impression de croiser peu de “vrais” thaïs, en tous cas, des thaïs qui font autre chose que bosser au coeur de la tornade “tourisme”
  • de nombreux temples, dans lesquels il y a beaucoup de vie. On peut y manger, s’y promener, y prendre des cours de méditation, s’informer sur le bouddhisme et même y dormir!
  • street life débordante d’énergie, comme partout en Asie. Mais c’est nettement moins impressionnant qu’au Vietnam
  • physiquement, les thaïs sont assez différents des cambodgiens et laotiens. Il sont plus grands, plus costauds et moins bronzés. Plus bridés. On retrouve aussi des thaïs plus proches des indiens (d’Inde). Evidemment, ce sont des généralités, et tous les formats sont dans la nature
  • les thaïs plus jeunes et plus branchés de Bangkok sont assez japonisés. On aurait même tendance à dire que les aspects modernes à Bangkok (au niveau mode, centres commerciaux, magasins, style…) sont sous influence nippone. Mais cela reste assez localisé.

On a testé:

  • les trains de nuit: contrairement à nos expériences précédentes, pas de compartiment. Un long couloir, avec des lits supérieurs qui sont “montés” par un préposé à la tombée de la nuit. Confort, linge de lit propre, petits rideaux, wagon-restaurant, même en seconde, c’est la classe! De très bonne facture. Comparable (même si différent) aux soft sleeper chinois
  • la plage paradisiaque: malgré tous nos commentaires négatifs, petits bémols ou autres déceptions dans nos analyses sur la Thaïlande, il ne faut pas rater ces endroits sublimes. Bien chercher, trouver L’ile, LA plage, L’hôtel, et c’est certain, ce sera LE rêve!
  • les visiteurs: OUI! C’était génial de vous (a)voir…
  • le tom yam: la soupe traditionnelle. On recommande, évidemment, mais ‘faut tomber sur un resto qui la fait correctement
  • le longtail et le ferry: le premier, pratique pour de petites distances, mais bruyant et souvent assez cher. Le second, parfois inconfortable et occasionnant le mal de mer, reste un bon compromis (entre le longtail et le speed boat – plus cher) pour des distances plus longues
  • le nord du pays: à explorer plus en profondeur. Car, là se cachent quelques véritables trésors naturels et culturels
  • le jus de citron sur les piqûres d’oursins: on a laissé Willy s’y coller. Vu ses grimaces et plaintes, ça n’a pas l’air 100% efficace
  • le massage thaï: il est impossible de dire que ça ne fait pas du bien. C’est toujours trop court. On en sort parfois groggy, mais c’est top
  • la promenade à dos d’éléphant: inoubliable. Le lieu choisi, perdu au milieu de la nature, était idéal. Nous étions en contact direct avec le pachyderme et avons pu jouer avec lui dans l’eau. Chouette
  • la traversée de la jungle en nocturne: please, ne mettez pas de tongs! Sinon vous allez ralentir le groupe! Plus sérieusement, c’était sympa. A faire, mais une fois!
  • la boxe thaï: assister à une série de combats de boxe thaï, c’est comme allez voir une corrida à Madrid, voir un match de NBA à New-York ou aller au Staaienveld Stadion lorsqu’on va à Sint-Truiden. Bref, c’est un passage obligatoire pour profiter de la culture locale au coeur de la population
  • la pluie tropicale: première info: ça mouille. Deuxième: ça mouille. Dernière: ça mouille. Mais pas mouillé comme dans la douche. Mouillé comme sous l’eau dans la piscine tout habillé. A faire…en maillot
  • la water-tatane: sport qui se pratique dans une mer à vagues et à l’aide d’une balle légère et dentée. Opposant deux joueurs, le but est de ne pas laisser la balle se faire prendre par les vagues. Et ce, à l’aide d’une seule touche de la main – la milouche ou bidouche, selon les régions – et en évitant que la balle sorte de l’air de jeu – la partie budgétée
  • le problème de VISA: Avec le recul, c’est un souvenir. Sur le moment, c’était un cauchemar!

Pour conclure:

Difficile de conclure sur la Thaïlande. 40 jours, ça représente énormément de souvenirs. Principalement de super bons souvenirs. La Thaïlande et ses montagnes mystiques au nord, ses plages de rêve au sud. Un patrimoine naturel hors du commun. Puis, la Thaïlande restera toujours, dans notre esprit et dans notre cœur, comme le lieu de nos retrouvailles avec Name, Delph et Willy. Toutes ces belles choses partagées ensemble. Et s’il n’y avait que ça. Mais on peut ajouter à la liste: les bon plats épicés, le soleil, les facilités liées au tourisme…

Mais! Car, vous vous en doutez, il y a un MAIS. D’une manière globale, et au risque d’être incompris (difficile à comprendre lorsqu’on voit nos photos), on a été un peu déçus par ce pays. Peut-être en attendions-nous trop? Peut-être avons-nous vu mieux avant!?
Le fait est que nous avons été déçus par le manque d’authenticité, l’absence de nature sauvage et préservée, les dégâts du tourisme de masse (déchets, saleté, constructions anarchiques…), la difficulté à sortir du circuit touristique.

Oui, la Thaïlande est un beau pays. Non, il n’est pas facile d’entrer en contact avec la vraie Thaïlande, celle des thaïlandais. On aurait aimé s’approcher plus près de la vie locale, loin des belles et grandes routes trop modernes. Si c’était à refaire, et sans nos visiteurs, on aurait probablement écourté notre séjour. Pour retrouver plus vite l’intensité du voyage, la douceur du mouvement, la ferveur de l’inconnu et de la découverte. En Thaïlande, on s’est sentis… en vacances. Or, un tour du monde, on le conçoit, on le ressent de façon différente. Ce ne sont pas des vacances. C’est difficile à expliquer (et peut-être à comprendre). Mais les sentiments, le ressenti, les besoins, les envies sont différentes. Bref, on a l’impression que cette étape n’était pas dans l’esprit tour du monde.

En tous cas, cette expérience (et probablement le recul) nous a permis de donner plus de valeur à notre passage en Chine. Un peu comme le gars qui a fait son service militaire et qui se dit: “Aaah p***** c’était dur, j’en ai bavé…”, mais qui y pense tout le temps et n’en parle qu’en termes positifs.

Pour finir sur une note positive (car cette aventure est évidemment hyper positive), on considère l’étape “Thaïlande” comme d’exceptionnellement belles vacances dans notre périple. Et c’était bien reposant. C’est bon un temps, mais, voilà, l’aventure nous manque…

Angie & Nels

Publicités

4 commentaires sur “Bilan de la Thaïlande

  1. Et le Bigard Thai??? On en parle pas???
    A part ca, tres bon resume…no fish ? I have other fish? I pay less then ? Ok no fish…PSHHHHHHHHHH!!!
    Nam

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.