Delph, Willy & la mer d’Andaman

…On a du retard! L’heure de la mise à jour est E.N.F.I.N. arrivée. Au dernier épisode, nous attendions désespérément l’arrivée de Delph & Willy à Ao Nang, près de Krabi.

Préambule

Delph & Willy sont nos seconds visiteurs (après Name). Willy est le grand frère de Nels. Ils sont, comme disent les thaïs: “same, same but different”. Unis comme des baguettes, ils partagent la même passion pour le FC Porto, le club de gymnastique rythmique “Les baladins du nord”, le moyen-âge, Alerte à Malibu, l’humour qui dénonce, la philo, le Portugal ou encore l’architecture roumaine du 18° siècle… Infographiste de talent, son rêve est de réaliser un remake du film “Jaws” (“Les dents de la mer” en français ou le “Tubaron” en portugais) en 3D sous le couvert d’une comédie musicale.

Delph, épouse de Willy, également artiste de talent, devenue sœur d’Angie, se distingue également par ses centres d’intérêts très spécifiques: les poules, les talons aiguilles, la confection de chaussures, les tensions politiques au Yemen, Closer… Elle est la seule, parmi nous, à avoir fait les scouts donc elle n’a peur de rien. Ça promet!

Ensemble, ils ont mis au monde leur plus belle œuvre: un petit Diego.

Chapitre 1: les retrouvailles

Ça parait fou de se donner rendez-vous et de se retrouver à des milliers de kilomètres de notre “univers”. Pourtant, c’est possible et c’est… magique. On a du mal à y croire au début. Quelques larmes plus tard, on se promène sur la plage sous notre regard: magnifique coucher de soleil. On parle, on parle et on parle. Ragots, aventures, anecdotes, souvenirs, nouvelles d’ici et de là-bas… Tout y passe. La soirée se termine autour d’un festin: un barbecue de rue, du poisson grillé, du calamar, des langoustes, du maïs et quelques bières. Plus tard, un peu de vin arrose ces merveilleuses retrouvailles à Ao Nang.

Une nuit au KL House, pour bien récupérer, découvrir les affaires que Delph & Willy nous ont ramenées et partir, dès le lendemain, à l’assaut des iles de la mer d’Andaman.

Chapitre 2 : le paradis

On ne pensait pas le trouver ici et pourtant… Koh Phi Phi. A quelques heures de ferry à peine de Krabi. Evidemment, si on s’arrête au village principale, Tonsai, l’ile est plus proche de l’enfer que du paradis. L’embarcadère sans charme, le village formaté “touristes”, les déchets, les guesthouse, les tatouages à la chaine et les bars à gogo, et puis, ces milliers de touristes venus faire la fête…entre eux.

Heureusement, bien informés, nous avions booké un petit hôtel de l’autre côté de l’ile, loin de Tonsai Village, sur Rantee Beach. L’une de nos meilleurs décisions. Cet endroit est J.U.S.T.E. paradisiaque. La plage, la mer, la nature…

Mais, au paradis, il y a bien plus que ça. Des personnes fantastiques, des moments magiques, des expériences comiques… Mon endroit de rêve, dixit Angie, les yeux brillants d’émotion.

Commençons par nos hôtes, le Rantee Hut. Autrefois composé de plusieurs bungalows face à la mer, l’hôtel n’en compte aujourd’hui plus que 3. En cause, l’achat de la concession par un gros investisseur (Sofitel pour ne pas le citer) qui y construit un resort de luxe. Quel gâchis! Heureusement, quelques problèmes financiers ont épargné, pour l’instant, une partie du petit hôtel familial. Nous avons donc pu profiter de 2 huttes in front of the beach…Simples, rudimentaires, mais en harmonie parfaite avec les lieux. Que demander de plus?

Et puis, il y a Um et son équipe. Ce jeune thaï, originaire de Sukhothai, est extraordinaire. Venu étudié à Bangkok, il est tombé amoureux de l’ile et y travaille avec passion pendant la saison. Sa simplicité, sa gentillesse et ses compétences ont sans aucun doute contribué à notre bonheur.

Les aventures. Dès le premier jour sur l’ile, Willy s’est fait agressé par des… oursins. Alors qu’il snorkelait tranquillement, une bande d’oursins malfaisants se serait formée afin d’exécuter une attaque d’une violence rarement observée. Le pied de Willy a vraiment souffert, et ce, malgré le remède local: du jus de citron.

Pas effrayés par la mésaventure, on se lance à l’assaut de la montagne voisine dans le but d’atteindre le magnifique point de vue surplombant l’ile. On en profite aussi pour faire quelques courses au village (de touristes). C’est réellement unique. Surtout le retour, vers 1h du matin, à travers la jungle, avec pour seul éclairage deux petites lampes frontales. Pas de bobos à l’arrivée, si ce n’est les innombrables piqures subies par les pieds (décidemment) de Delph, qui était en tongs (sans talons, heureusement!).

L’excursion. On se décide à casser la tire-lire (Angie & Nels surtout) pour s’offrir un trip d’une journée en longtail privé sur les iles voisines. Aucun regret. Vraiment aucun. C’est indescriptible. D’abord, Bamboo Island, une ile vierge au sable fin et blanc immaculé! L’ile de rêve par excellence. Mosquito Island pour le snorkeling. Un aquarium géant! Superbe. Après le tour de la grande Koh Phi Phi, direction la petite Phi Phi et sa Maya Bay, devenue célèbre grâce au film The Beach. Même si elle est envahie par les touristes et qu’il est difficile de se sentir dans la peau de Leonardo DiCaprio, c’est tout de même impressionnant de beauté. La couleur de la mer semble irréelle. Cette étape est également celle du pique-nique préparé avec amour par Um. “Juste” un bon moment! En famille, dans un paysage de carte postale. Avant de rentrer à la maison Rantee, un petit détour par “le Lagon”, encerclé par des pics karstiques d’un côté et par Phi Phi Leh de l’autre.

De retour dans notre paradis, nous avons pu nous consacrer à la bronzette, quelques plongeons (avec modération car les oursins agressifs rodaient…), un peu de lecture, de bons repas à base de banana shakes, banana pancake, pad thaï, garlic & pepper chicken. En résumé, et comme dirait une brésilienne rencontrée sur place, on était trooop chill out!!!

Le temps aussi de quelques fous rires. Comme lorsque Delph cru voir un requin et alerta la moitié de la plage par ses cris: « Un aileeerooon! J’ai vu un aileeerooon… Un REQUIN! » Ce n’était un évidemment pas un requin, mais un simple petit drapeau flottant.
Un autre temps fort? Lorsqu’un soir, Angie termina d’achever le moral d’un touriste australien avec un simple « thank you » spontané alors que celui-ci se présentait, déclinant naturellement son nom et son origine. Le coup de grâce porté par les éclats de rire de Delph et la non chalance de Willy l’envoya probablement dans une maison de soins psychiatriques à Sydney.

Le dernier soir, une autre rencontre unique. Vivianne, une française connue sous le sobriquet de Mama. Elle approche les 70 ans, mais on a du mal à le croire vu sa jeunesse d’esprit et son énergie débordante. Au paradis, on rencontre probablement des gens qui ont plus de lumière en eux… Quelque chose de spécial, difficile à décrire. Ce fut le cas. Pendant plusieurs heures (jusque 2h du mat’), on a écouté avec plaisir ses histoires, ses expériences…Pleines de sagesse, de beauté, d’entrain, de bonheur! Avec une mention particulière pour son périple vers Compostelle avec Balthazar, son âne, et Nina, sa mule. Le type de rencontre qui vous marque, vous rend heureux de voyager et vous enrichit durablement…

Après 4 nuits sur Rantee, et après avoir tenté (un peu tard) de prolonger notre séjour au paradis, nous quittons l’ile de Phi Phi. Non sans la petite larmichette à l’œil, le cœur serré, les grands signes d’au revoir adressés à Vivianne, Um & co… Et un souhait profond: “Que ce paradis survive…!” Peut-être, reviendrons-nous qu’il sera trop tard.

Chapitre 3 : le doutage

Comme on vous l’a déjà dit, il est difficile de trouver des endroits tels que Rantee beach. Des heures de recherches sont nécessaires ainsi qu’une petite dose de chance. C’est en comptant sur cette dernière que nous avons atterris sur Koh Lanta (qui n’a pas grand chose à voir avec l’émission éponyme, tournée, pour son premier épisode, sur la petite et préservée, Koh Rok). On ne peut pas parler de descente aux enfers, mais quand même de grosse déception. L’ile, plus grande que toutes ses voisines, manque de charme, ses plages sont quelconques (surtout en venant de Phi Phi) et puis, on a eu le “malheur” de tomber sur un roublard qui nous a fait miroiter des chambres qu’il ne pouvait offrir.

Bref, on a trouvé un pied-à-terre de fortune (dont beaucoup de personnes se contentent pourtant bien. Compréhensible d’une part, ça l’est moins quand on sait ce qui existe dans les environs) et on a passé la soirée sur Internet à la recherche d’un second paradis perdu. Koh Lipe, Koh Muk, Koh Kradan, Koh Tarutao, Koh Adang, Koh Hai (Ngai)? Malgré les faibles garanties quant à un logement digne de ce nom, nous embarquons le lendemain en direction de Koh Hai.

Chapitre 4 : pas loin du paradis

Soyons clairs: notre niveau d’exigence, après l’expérience paradisaco-parfaite de Rantee sur Phi Phi, était à son paroxysme. C’est pourquoi nos premiers pas sur Koh Hai furent un peu frileux. D’autant plus que le logement, au Koh Hai Villa,  n’était pas réellement digne de ce bel endroit. On a eu du mal à prendre nos marques. Pourtant l’ile est super belle. Même s’il est décevant de constater à quel point la pollution est présente dans des endroits si reculés, la plage est d’un sable magnifiquement blanc, la mer d’un turquoise sublime et d’une chaleur insolente.

Pas convaincus, et compte tenu du fait qu’il s’agissait des derniers jours de vacances de Delph & Willy, ainsi que de nos derniers jours en Thaïlande, on prend l’initiative de s’offrir un hôtel d’un autre standing. Un resort de style…resort. Avec sa chambre propre et accueillante, son petit dej’ buffet, son personnel si serviable (spéciale dédicace à chevelu, il se reconnaitra), sa plage propre et bien équipée, ses petits chemins bordés de pelouse bien taillée et ses petits touristes tout beaux et tout frais, avec leurs beaux ensembles en lin pour le repas du soir.

Pour être honnêtes, c’était pas désagréable de s’offrir un peu de luxe (tout est relatif, mais pour nous c’est du luxe). Nos journées rythmées par les séances de bronzage, de plongeons et de photos. Seules exceptions, un petit trek aventureux des deux frères (qui a dit “Pierre et Richard”) qui a failli mal se terminer. Au final, quelques coupures et plus de stress que de mal… Autre exception: une expédition en kayak jusqu’à une plage sauvage repérée par Pierre et Richard lors de leur trek.

C’est pas le paradis, mais certainement pas loin. 4 jours de pur bonheur à 4 à 5!

Chapitre 5 : Retour à la réalité

Comme d’hab, tout avait été bien ficelé. Le retour jusque Bangkok, on le faisait à 4. En train couchettes, pour changer. Après une halte à Trang, histoire de gouter (enfin) à la vie locale thaï, direction Bangkok. 16h de train très confortables…

Arrivés à Bangkok. Quelques achats, des petits cadeaux pour nos petits (qui nous manquent) en Belgique et c’était déjà l’heure des adieux. Difficile. Très difficile. Après 10 jours aussi intenses et riches, ce fut un véritable déchirement. Comme quelques mois plus tôt, au moment de quitter la Belgique.

Merci Delph. Merci Willy. D’être venus enrichir notre voyage. Vous allez encore plus nous manquer.

Place aux cartes postales.

Angie & Nels

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités