Cross the border: Poipet/Aranyaprathet

La journée s’annonçait longue. De Siem Reap, au Cambodge, à Chiang Mai, au nord de la Thaïlande. Environ 1.100km et 24h de bus (pas de direct). Et on peut dire qu’elle commença avec quelques frayeurs.

Avec un ticket de bus Siem Reap/Bangkok de 6$, seulement, en poche, on se doutait que ça n’allait pas être rose. Le pick up à notre hôtel arriva avec 30 minutes de retard, c’est-à-dire assez de temps pour commencer à stresser. Il nous déposa ensuite à la gare des bus sur le bord de la route, dans une…guesthouse. Le bus arriva, mais il était déjà plein (et une dizaine de personnes attendait également avec nous). Heureusement, la “compagnie” mis à notre disposition des taxis.

Jusqu’à la ville frontalière de Poipet, en taxi. Easy! Les formalités administratives de routine accomplies, on a évidemment du attendre dans la ville frontalière thaïlandaise, Aranyaprathet. Quelques heures au soleil, avant de voir tous les gens du bus (oui, celui qui était plein) arriver et embarquer dans des mini-vans en direction de Bangkok. “Oh hé…et nous? Les 10 rejetés des taxis?”. Après une brève, mais houleuse discussion, on embarqua à 10 dans un pick-up. Quelques minutes plus tard, toujours à Aranyaprathet, on s’arrête et on nous annonce (à nous les touristes pigeons) qu’il y a 8 places dans un grand bus (qui arrive? Non, il n’est pas encore là…) et 6 dans un van (qui va super vite, par rapport au bus). Ni une ni…une, on fait tapis: Angie simula (à moitié seulement) un gros ras le bol, pendant que Nels apostropha le désorganisateur et tenta le bluff avec un: “…euh…we’ve got train tickets in Bangkok! So we are gepresseerd…” Bingo! On prend le van.

4h de van (très confortable) plus tard, on foulait les trottoirs (au sens urbanistique du terme) de Bangkok. Et un premier constat, évident, nous vint à l’esprit: “La Thaïlande, c’est vraiment pas le Cambodge ni le Laos” (Pas mal comme constat, non?). Clairement le pays riche de la région. Plus moderne et beaucoup plus développé, magasins, routes, voitures, maisons… Tout y est organisé. Bref, on ne se croirait plus sur le même continent que le Laos ou le Cambodge. Et Bangkok semble être l’exposant maximum (logique, nous direz-vous) de cet état de fait. “Bangkok semble” car, en réalité, nos pieds n’ont touché le sol de Bangkok qu’une trentaine de minutes. A peine arrivés, une première agence nous vendait des tickets de bus pour Chiang Mai, dans le nord. Bus qui partait dans la seconde.

En moins d’une heure, nous étions embarqués dans un superbe bus tout neuf. On a pas eu l’occasion de choisir nos places (on était les derniers, mais vraiment derniers. Tellement derniers que le bus nous attendait), on s’est donc farcis un groupe de jeunes anglophones abrutis à la bière et les séquelles de leur séjour à Phuket. Bref…

7h du matin (ça fait 24h qu’on a quitté Siem Reap), nous sommes enfin à Chiang Mai, deuxième plus grande ville du pays. Quelques jours dans le nord de la Thaïlande. Le programme est encore très flou et un peu écourté (pas de Chiang Raï et de Triangle d’Or) car on a bientôt de la visite!

Pas de photos!

Nels

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s