Guilin: à la poursuite de la nature

Notre périple vers le sud continu. 25h de train entre Chengdu et Guilin. Un long trajet, mais au final relativement agréable. Partis l’après-midi, on a pu voir de beaux paysages en quittant le Sichuan. Une bonne nuit de sommeil pour Angie de 13h + 2h de sieste. Ce qui fait que le trajet ne lui a pas semblé bien long. Pendant ce temps, Nels a pu se consacrer à la méditation, bouleversifié qu’il est par le message de Siddhartha Gautama, le Bouddha historique (Angie est également touchivée, elle cherche depuis à éliminer de sa pensée toute forme de désir, sans pour autant négliger sa quête de compréhension du mot désir).

Etape suivante, donc: Guilin. Présentée comme LA ville touristique du Guangxi (province au climat subtropical, composée d’un grand nombre de minorités – seulement 25% de Han – dont les plus importantes sont les Zhuang, les Miao, les Yao et de nombreux Dong), Guilin ne faillit pas à sa réputation. Plus petite que Chengdu (740.000 habitants), mais bien plus bruyante et désordonnée aussi. Cette ville est effectivement très animée et dispose de nombreux bars et magasins. Elle est également caractérisée par les pics karstiques – “façonnés par l’érosion due à l’acide carbonique dégagé par la réaction  des eaux de pluie au dioxyde de carbone ambiant” – qui l’entourent ainsi que par le fleuve Li qui la traverse. Ces paysages sont emblématiques de cette région. Les pics les plus connus de Guilin (en plein centre) sont le Pic de la Beauté solitaire et la Colline qui arrête les vagues. Nous avons visité le second et sommes restés sur notre faim.

Cette faim, au sens figuré, représente bien notre feeling à propos de Guilin. Nous ne sommes pas spécialement déçus, mais pas vraiment conquis non plus. Malgré une jolie promenade au bord du fleuve en soirée et un bon resto (un Gongbào Jiding pour ne pas changer une équipe qui gagne), nous sommes à la recherche d’autre chose. C’est pourquoi dès le lendemain de notre arrivée, nous avons loué 2 vélos (sans vitesses, avec une selle quasi-sur la roue, mais avec 1 sonnette que Nels ne s’est pas privé d’utiliser. Une sorte de vengeance) dans le but d’aller à la recherche des vieux villages et, en particulier, de Jiangtouzhou (village de 800 habitants vieux de 1000 ans).

Armés de notre courage, on s’est lancés dans la traversée à vélo de la ville de Guilin. Pas une mince affaire, mais, après quelques cris, Angie réussit à se faire sa place dans la circulation folle (qui caractérise toutes les villes chinoises). Entourés de dizaines de scooters, vélos, tuk-tuk, voitures, bus et d’innombrables coups de klaxon, nous voilà partis pour 25km, cap sur le nord. Autant le dire tout de suite, avec nos faibles moyens techniques (les quelques indications du Lonely, une boussole et une pauvre carte sans aucun des points utiles à notre parcours), on n’a jamais atteint le fameux village. Toutefois, on a pu apprécier le calme et la beauté de la campagne chinoise. Après vérification sur Internet, nous étions sur le bon chemin, mais contrairement à ce que dit notre bible, le village se trouve à plus de 25km de Guilin. Arrivés aux 3/4 du trajet, nous avions au total parcouru 35km, ce qui fait 70km en tout. Angie, en véritable rouleuse de choc, à la Udo Bölts de la belle époque Deutsche Telekom, a réellement impressionné les observateurs, uniquement dépassée dans les cols par un Claudio “Nels” Chiappucci en mode maillot à poids rouges. Déçus de ne pas avoir atteint l’arrivée, on peut tout de même dire que cette étape fut un bon échauffement pour la suite et tout ça sans produits dopants (à part 4 pauvres madeleines et 1 coca).

Revigorés par le bon air de la campagne, on a passé une excellente nuit, avant d’attaquer l’étape suivante: Yangshuo. Pour le coup, une vrai petit ville, encerclée par des pics magnifiques et toujours le Li. Nous avons choisi de nous poser à quelques encablures du village, au cœur de la nature, au Yangshuo Outside Inn dans le minuscule village de Chao Long! Et quel superbe choix! On ne vous en dit pas plus, juste que nous avons décidé de nous y poser 7 nuits.

Nels & Angie

Publicités

6 réflexions sur “Guilin: à la poursuite de la nature

  1. Je te voyais plus en Eric Zabel, trapu, bons jamboneaux, et coupe de cheveux de rêve!!
    Profitez bien les petits, et continuez à kiffez la vide à donf sur ton flex…
    Bizzz

    PS: XAVIER a vu passé une équipe de dragsters hier soir…

    J'aime

  2. je suis sur que tel un Nels Armstrong tu as dépassé un petit chinois à vélo avec une énorme boucle d'oreille et les cheveux teintés blond platine…c'etait Wan-Ullrich…

    bizz les loulous, on vous suit tout le temps, c'est génial le blog.

    J'aime

  3. Ah moi je suis sure que c est Angie qui a mené la course…
    hé les louloux, ca y est : IL NEIGE EN BELGIQUE !! et on attend – 10 degrés pour la fin de la semaine. Alors, ca vous manque ?
    :o)

    bizzz

    J'aime

  4. coucou les aventuriers …quelle belle épopée quand même..HA si nous avions 20 ans!!!!
    Vos écrits sont super!! on s'y croirait…il faudrait en faire un livre!!! peut-être new aventure à votre retour??? LOL…
    MAE!! fait comme moi écris sur un papier tout ces noms chinois LOL ça te prends 1/2h. puis cherches sur internet…ça te prends 2h.. LOL.. de quoi s'occuper quoi!! hihihi..
    gros bisous de nous les jeunes et aussi à tout ceux que nous lisons..

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s