Tokyo la contrastée

Tokyo est une ville fascinante. Chargée de paradoxes. Une culture séculaire encore bien ancrée dans les mœurs qui contraste avec le Tokyo déluré de certains quartiers. Il suffit parfois de quelques arrêts de métro pour passer d’une cérémonie aux rituels ancestraux aux tumultes des grandes avenues empreintes de la culture manga. De la sagesse des samouraïs aux extravagances les plus folles. Des temples préservés de la modernisation massive aux immenses building fleurissant de nombreux quartiers. De l’extrême pudeur des relations sociales à l’érotisation à peine masquée des jeunes héroïnes de manga.

C’est tout ça Tokyo. Une ville aux milles visages.

A notre arrivée à Tokyo, nous n’étions pas hyper bien préparés. Heureusement, nous avons vite compris que les japonais sont tous d’une extrême gentillesse et d’une grande serviabilité. C’est ainsi qu’à la recherche de notre hôtel, situé dans Nihombashi, nous nous sommes surpris à courir le quartier avec l’un d’entre eux. Et celui-ci avait vite fait de rameuter tout le quartier, y compris la police, pour nous aider. La Police. Toujours s’adresser à la Police lorsqu’on est perdu…

Même lorsqu’ils se bagarrent, ils restent très courtois! On a eu l’occasion d’assister à une bagarre au cours de laquelle les signes d’amabilité et de courtoisie s’échangeaient aussi violemment que les coups de pieds. La brigade est arrivée à vélo, vociférant des “arigatôs” par-ci par-là. Quel spectacle! C’est d’ailleurs pendant notre témoignage (qui s’est limité à: “no hablo english… yes yes yes fight fight… arrigato ») que nous avons eu nos premiers questionnements sur les habitudes japonaises. Mais à quoi servent les tubes positionnés sous le guidon des vélos de police? On a compris bien plus tard qu’ils sont destinés à accueillir leurs bâtons de circulation fluorescents. Bizarre pour les non-initiés!

Autant dire que toutes ces émotions à l’arrivée, les nuits blanches, les 11h de vol et le décalage horaire de 9h nous ont assommés pour le reste de la journée et de la nuit!

Notre première découverte eu lieu le lendemain. Shinjuku et sa gare. Impressionnante, démesurée, où hommes d’affaires, cos-players, fans de manga et touristes japonais fourmillent par milliers. Dans cette foule, on se sent étranger, tant à cause des différences physiques évidentes que par l’immensité et la ferveur des lieux. Mais à Tokyo, on parvient toujours à s’y retrouver et à se frayer un chemin, tant la ville est O-R-G-A-N-I-S-È-E.
Le meilleur exemple est son métro, pratique, rapide, toujours à l’heure. Des lignes de couleurs, des plans partout, des gares numérotées, des escaliers à n’en plus finir…et un rat (Angie prétend que c’était une mini-souris – Nels est convaincu que c’était quasi un chat).

Bref tout ça est à l’image des tokyoïtes. C’est-à-dire? Ils sont respectueux des règles, des traditions. Ils montent les escaliers à gauche, les descendent à droite. Fument dans les endroits prévus à cet effet (on ne peut pas fumer partout dans la rue), portent des masques lorsqu’ils sont malades, ne jettent pas leurs papiers par terre (la théorie de Steven se vérifie à Tokyo: moins de poubelles il y a dans une ville, plus celle-ci est propre), vous déballent une panoplie impressionnante de politesses (même en sachant que vous ne les comprenez pas et ça peut durer jusqu’à 1 minute de déballage pour 1 café commandé). En d’autres termes, y a pas un ch’veu qui dépasse.

Pour en revenir à Shinjuku, Angie avait dégoté une bonne adresse, fréquentée par les locaux: des ruelles pittoresques où manger des Yakitori. Super adresse: y avait en effet des locaux. Pour ce qui est de manger, on peut dire que c’était pas trop notre cup of green tea chaud. Des petites brochettes de foies de “?”, de poivrons, de peaux et de poitrines de poulet, le tout à la sauce soja et avec des baguettes s’il vous plait! Pendant que Nels causait avec un couple de retraités, Angie recrachait discretos des morceaux dans un vieux mouchoir.

En parlant de baguettes, il parait que celle du dessous doit rester bloquée et celle du dessus doit agripper les aliments . Il parait! Non seulement dans nos mains elles pivotent toutes les deux, mais en plus, le riz saute partout sauf dans notre bouche! Mais, ce n’est pas le plus compliqué. Le plus difficile est de trouver un steak pour not’ bec (dixit Angie). C’est pas faute d’avoir essayé: des beef bowles, des sushis, des shrimps, des yakitori, du sake, du green tea chaud et froid… Bref, on est ni conquis par les saveurs ni par les odeurs.

Mais cette parenthèse culinaire un peu décevante est un détail face à l’émerveillement qu’exerce sur nous les milles autres facettes de cette ville.

Shinjuku c’est aussi notre rendez-vous avec Cécile & Steven au New York Bar du Park Hyatt. Et là, c’est juste waaaouw! Magnifique bar situé au 52° étage des Shinjuku Tower. Pas étonnant que certaines scènes mythiques du film Lost in Translation y aient été tournées. C’est d’ailleurs pour cette raison (Angie étant fan de Scarlett Johansson) que nous avions choisi cet endroit de rêve. Du rêve, on passe vite à la réalité. En voyant les prix à la carte, nous avons failli faire demi-tour.
Heureusement que nous sommes restés car c’était vraiment agréable de prendre un petit verre d’eau du robinet apéritif avec Cécile & Steven (en visite au Japon pour 3 semaines) avec une vue imprenable sur Tokyo by night.

Ensuite direction la pêche au resto. On s’explique. C’est un restaurant dans lequel vous mangez du poisson que vous pêchez vous-meyyyme dans un énorme bassin. Nous, on a opté pour des sushis mais on a eu l’occasion d’assister à une prise par un groupe de japonais bien arrosés à la biru. C’est très japonais, très bon enfant.

A nouveau, à l’image des tokyoïtes. On a l’impression qu’ils restent de grands enfants. Ils adorent la loterie, sont dingues de jeux en tout genre, de gadgets, d’Hello Kitty. Passent des heures dans les fast-food à échanger des cartes, à jouer avec leur GSM, à décorer des albums photo avec des autocollants de toutes les couleurs. On trouve des pachinko (salle de jeux) à tous les coins de rue, des purikura (photomatons originaux) à foison. Tout fait du bruit, les feux de signalisation parlent, les camions aussi, les parkings émettent des sons, chaque objet a son bruitage. On a souvent la sensation d’être dans un jeu Nintendo d’Alexandre.

A Shinjuku, il y a également le quartier chaud. Légèrement moins safe, il recèle de salons de “massage” aux enseignes ultras lumineuses arborant des images de jeunes filles aux traits manganesques.

L’autre grand quartier animé de Tokyo est Shibuya. On y prend une grande grande claque. C’est indescriptible, il faut le vivre. Pour vous donner un avant-gout, voyez la vidéo ICI.

Shibuya Crossing est un énorme carrefour (on y traverse également en diagonale. Si si, c’est possible) où affluent des milliers de jeunes branchés.
Les filles y portent toutes du mini riquiqui, des chaussettes hautes ou des cuissardes et mettent tout en œuvre pour ressembler à de véritables poupées de cire: faux cils, poudre blanche, maquillage à gogo, cheveux ondulés, robe-costume couleur bonbon, pompons roses, chapeaux extravagants…

Leurs vêtements sont doux comme du Noukies. Il n’y a (quasi) pas de vulgarité, le côté sexy des tenues est complètement compensé par leur aspect enfantin. Les tenues ressemblent à des déguisements: lapin, school girls, Baby doll, … Et tout ça est tout à fait banal!

Elles se donnent rendez-vous au Shibuya 109, temple de la mode avec ces 10 étages interminables de shopping où trouver toute la panoplie de la plus jolie poupée! Angie y aurait bien trouvé son compte aussi tellement le choix est vaste et impressionnant.

Ici, la mode est un must. On en est bouche-bée! New-York, Londres, Paris, Barcelone peuvent aller se rhabiller à Tokyo! Angie annonce déjà: “les filles, faites des économies. Dans 5 ans, je vous emmène à Tokyo pour une virée shopping du tonnerre”!

Mais Tokyo n’est pas que l’empire de la sape, du kitsch et du manga, c’est aussi des quartiers empreints de la culture traditionnelle japonaise. Ueno ou Asakusa sont les coins les plus authentiques que nous ayons visités, abritant rues à dimension normale, temples très sobres mais intéressants et statues, notamment de Buddha.

On en parlerait pendant des heures mais on s’envole dans quelques heures pour la Chine. Tokyo nous aura sans aucun doute marqués. Et pas uniquement parce que c’était la première étape de notre périple. Cette ville est pleine de surprises, de choses étonnantes, de visages différents. Sans oublier leur gentillesse omniprésent. « Arigatô »!

Brèves:
  • le temps était magnifique
  • on a appris à hocher de la tête à tout va…et on y a pris goût
  • on a croisé peu de touristes occidentaux
  • les japonais ne parlent PAS anglais
  • c’était super sympa de passer un moment avec Cécile & Steven à 10.000 lieux du plat pays

On a testé pour vous…
…l’hôtel capsule: Très très spécial! Ca ressemble un peu à des fours crématoires. Ce qui rend les choses un peu glauques. Mais au final, et mis à part la promiscuité et le bruit des voisins, on y dort très bien. Confortables et spacieuses, les capsules offrent tout le confort nécessaire (TV, Internet, réveil…) – A recommander.

…les purikura: Salle remplie de photomatons originaux. On a eu un peu du mal à comprendre le principe (on a d’ailleurs un peu raté la partie customisation) mais c’est géniiial (dixit Angie surtout) – A recommander mais voyez le résultat par vous-mêmes dans nos photos.

…mettre un japonais sous pression pour essayer de l’énerver: Impossible. Leur gentillesse (à rendre dingue) prendra toujours le dessus. Nels ne s’est pas une seule fois énervé sur un japonais. Dingue hein?

…le McDo à Tokyo: Des frites merveilleusement bonnes et un Big Mac des plus corrects – A recommander si à un moment de votre visite vous ne supportez plus les odeurs et les photos des plats locaux

…les toilettes japonaises: Honnêtement? C’est pas mal !

…la Suica Card: Une carte magnétique à recharger permettant de se déplacer dans la ville. C’est hyper pratique (une Oeyster Card japonaise) et vraiment utile (nous l’avons prise combinée avec l’aller-retour Nartita Airport par le Narita Express) – A recommander.

…faire un cadeau ou laisser un pourboire: A ne pas faire! Ils sont extrêmement gênés, quasi paniqués et tentent de refuser par tous les moyens possibles. Mais toujours gentiment!

…le bar à sushis sur tapis roulant: Un bar en ovale mettant à disposition des petites assiettes de sushis (2 par assiette) sur un tapis roulant faisant le tour du bar. Le prix est fixé au nombre d’assiettes (il y a des types d’assiettes différents…à des prix différents) consommées – A recommander avec parcimonie

…écrire notre premier article de voyage: C’était long et éprouvant. On essaiera de s’améliorer et d’aller plus vite droit au but afin surtout de vous donner des news plus régulières – A améliorer

…Tokyo: Que de bonnes expériences – A recommander chaudement

Les photos? En-dessous!

Angie & Nels

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Publicités

7 commentaires sur “Tokyo la contrastée

  1. Waouw!!!!!!Waouwwaouw!!!!!!!!
    quel récit, c'est (presque) comme si j'y étais!
    Franchement CANON, les photos sont magnifiques, et je comprends mieux que vous soyez dépaysés, rien de comparable avec « notre » belgique!
    Hyper contente d'avoir de vos nouvelles, et de vous voir, ça fait du bien!
    Angie je comprends que tu ais adoré le purikura c'est génial!
    Partante pour y aller dans 5 ans pour la virée shopping, les sushis et le photomaton!

    gros gros bisous à vous 2 de nous 3!
    ^^
    __

    J'aime

  2. On l'attendait avec impatience cet article et on n'est pas déçu!!! Quelle plume! ça donne super envie, on le vivrait presque avec vous!
    On attend la suite avec impatience!
    Profitez en bien
    A tout bientôt!
    Tine

    J'aime

  3. Bijouràtoa, Tine ! Hihi…cet article m'a appris à parler comunjaponey ! Bravo les jeunes pour cet article…et,franchement,y a rien à améliorer…vous êtes parfaits. Nous tentons de notre côté à apprendre à hocher…pour votre retour. L'est cool portobil !

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.